Nadia Myre



Nadia Myre
Née à Montréal, Canada
Vit et travaille à Montréal, Canada

Nadia Myre est une artiste multidisciplinaire qui puise dans la tradition culturelle de ses ancêtres autochtones, des gestes, des thèmes et des images. Elle propose une réflexion sur la mémoire, sa communauté, ses traditions, son langage et son héritage culturel. Pour ce faire, elle utilise différents médias dont la sculpture, la peinture, la vidéo et l'écriture.
Le travail de Nadia Myre est mis en scène comme un laboratoire ouvert. Elle y développe une démarche participative où le public est amené à jouer un rôle dans ses installations. Le hasard fait alors partie intégrante de l'oeuvre puisque l'artiste ne peut anticiper les actions du public. Nadia Myre crée des liens entre l'individuel, le particulier et le collectif qui, dans son travail, apparaissent comme une seule et même voix.

Projet

Pour la Biennale de Montréal 2011, Nadia Myre a présenté deux œuvres.

La première, The Scar Project, a été amorcée en 2005. L'artiste y explore la manière dont les individus décrivent la douleur, les blessures, la guérison ainsi que les cicatrices, au moyen d'aiguilles et de fil, de papier et de crayons. Conçu comme un "laboratoire ouvert", les visiteurs sont invités à "coudre leurs plaies" de façon métaphorique sur des toiles fournies par l'artiste. Les visiteurs écrivent ensuite une histoire qui accompagne leur réalisation.
Œuvre participative, The Scar Project offre une occasion d'évoquer et de partager anonymement avec les autres un traumatisme ou une douleur personnelle. L'artiste agit ici comme un catalyseur. Depuis six ans, Nadia Myre a ainsi accumulé une collection de plus de 800 toiles scarifiées et leurs récits, documentant les voix d'une multitude de gens de toutes conditions sociales et de toutes tranches d'âge.

Le thème de la cicatrice se poursuit dans la seconde œuvre, Scarscapes. L'artiste synthétise toutes les informations recueillies dans The Scar Project et choisit au hasard 100 toiles. Elle y recherche les cinq motifs les plus récurrents, les extraits et les érige en symboles. Ceux-ci sont représentés ensuite sous la forme de petites tapisseries en perles inspirées de la tradition autochtone. Les détails de ces travaux de perles sont, en parallèle, agrandis en tirages photographiques. La sphère de l'intime est alors outrepassée. Nadia Myre tente d'illustrer nos paysages psychologiques collectifs.

Nadia Myre

Scarscapes, 2010
Impression numérique sur papier archive
110 x 192 cm chaque
Courtoisie : Galerie Art Mûr, Montréal, Canada
Photo : BNL MTL 2011 / Ludovic Beillard
Nadia Myre

The Scar Project (vue générale), 2006 -
Laboratoire ouvert / Installation participative
Courtoisie : Galerie Art Mûr, Montréal, Canada
Photo : BNL MTL 2011 / Ed Kostiner
Nadia Myre

The Scar Project, 2006 -
Laboratoire ouvert / Installation participative
Courtoisie : Galerie Art Mûr, Montréal, Canada
Photo : BNL MTL 2011 / Ludovic Beillard
Nadia Myre

The Scar Project, 2006 -
Laboratoire ouvert / Installation participative
Courtoisie : Galerie Art Mûr, Montréal, Canada
Photo : BNL MTL 2011 / Ludovic Beillard
Nadia Myre

The Scar Project (détail), 2006 -
Laboratoire ouvert / Installation participative
Courtoisie : Galerie Art Mûr, Montréal, Canada
Photo : BNL MTL 2011 / Ed Kostiner
Nadia Myre

The Scar Project (détail), 2006 -
Laboratoire ouvert / Installation participative
Courtoisie : Galerie Art Mûr, Montréal, Canada
Photo : BNL MTL 2011 / Ed Kostiner

Liens

Site Internet de Nadia Myre
Galerie Art Mûr